Richard BRUNOT sénateur oublié

 

 

 

 

 

Richard BRUNOT
(sénateur, 1883-1958)

 

 

Brunot richard

 

 

 

Il nait le 9 avril 1883 à Saint Ciers du Taillon (Charente-Maritime).

Son père, Napoléon François Ernest BRUNOT(43 ans) venait d'être muté à la Perception de St Ciers en tant que percepteur des contributions directes, sa mère Marie Alexandrine d'Agon de la Contrie (34 ans) déclare être sans profession.

En fait Richard BRUNOT n'habitera à Saint Ciers que pendant 3 ans.

Son père militaire né à Fort-de-France en 1839, commandant puis lieutenant-colonel d'infanterie de Marine, connut un parcours très riche sur tous les terrains militaires de l'époque (deux campagnes au Sénégal de 1858 à 1862, Cochinchine de 1863 à 1865, la Guerre de Prusse avec l'Armée du Rhin pendant laquelle il est fait prisonner à Sedan en 1870. Nommé Chevalier de la Légion d'Honneur en 1874, il prend sa retraite militaire e 1881.

La famille s'installe à Paris en 1882, puis à St Ciers du Taillon de 1882 à 1886 (où nait Richard Brunot en 1883), puis au Bouscat de 1886 à 1891, à Brest en 1891, Versailles en 1894 où Richard fait ses études secondaires puis à Périgueux où le père décède en 1908.

Sa mère Marie Alexandrine d'Agon de la Contrie devint écrivain après les études secondaires de leurs 4 enfants sous son nom de 1890 à 1900 (Les colères du bouillant Achile, Miss Bengali, La fille du cordier, Fraternité) et plusieurs autres sous le nom de Mme Brunot (La revanche de François Talence en 1905 et Les victoires de Mademoisselle Talence en 1904).

 

Après des études secondaires au lycée de Versailles, Richard Brunot suit les cours de la Faculté de droit de Paris et de l'école coloniale. Administrateur stagiaire des colonies en 1904, il fait une brillante carrière en AOF, et devient secrétaire général et gouverneur par intérim de la Côte d'Ivoire en 1924.

Envoyé en mission à la Société Des Nations de 1931 à 1932, il est nommé gouverneur du Tchad en 1933, et gouverneur de la Mauritanie en 1934. Délégué du gouverneur général de l'A.E.F. à Bangui en 1935, il est nommé gouverneur général des colonies en septembre 1936, puis directeur du personnel au ministère des colonies en octobre de la même année.

Haut-Commissaire au Cameroun en 1938, il se rallie à la France libre en 1940.

Le 23 décembre 1946, il est élu au Conseil de la République par l'Assemblée Nationale pour représenter la Mauritanie ; il obtient la totalité des 19 suffrages exprimés.

Membre du groupe SFIO, il siège à la Commission des affaires étrangères, et à celle de la France d'outre-mer. Durant son bref mandat - il n'est pas candidat en 1948 -, il intervient sur les crédits militaires pour 1947, la situation à Madagascar et l'application de la Constitution dans les TOM. Il s'exprime également, comme rapporteur de la Commission de la France d'outre-mer, sur l'entrée en vigueur des délibérations des assemblées territoriales en matière fiscale.

Il est aussi l'auteur de deux propositions de loi sur les droits fonciers des indigènes, et l'organisation scolaire dans les colonies françaises d'Afrique.

Il décèdera à Aix-les-Bains le 22/06/1958.

 

J'ai pu publier cette note biographique grâce à l'accord 
en date du 23/07/09 de Cécile Daussun, des Archives du Sénat
voir sa fiche officielle: http://www.senat.fr/sen4Rfic/brunot_richard0064r4.html

                                                                                                                                          dernière mise à jour avec l'aide de Patrice THOBIE le 23/10/2017

 

 

Accueil

×