Ses autres aménagements

 

 

La Poste

 
Le 30/03/1884, la commune signe une convention avec le Directeur Départemental des Postes et des Télégraphes pour la concession d'une recette simple des Postes.
Le transport des dépêches entre St Ciers et St Genis sera assuré par Mr GUYON, voiturier à St Genis.


Mr Alexis CERON, propriétaire cultivateur, donne à bail à loyer la partie nord d'une maison d'habitation situé route de Plassac, à côté de la maison d'école, pour y recevoir ce nouveau service postal et le logement du receveur.

Sur demande de l' Administration de la Poste dont le bail arrivait à échéance qui menaçait de ne pas renouveller la convention , d'importants travaux de réparation et d'aménagements sont effectués en 1924 par Mr Gaston BOIREAU.

La poste 1924 web

 

 

 

 

 

Le projet des travaux en 1924

 

 

Aujourd'hui la Poste exerce son activité dans les locaux de l'ancienne Gendarmerie.

 

 

 

La Gendarmerie

 

 

Le Ministre de la Guerre décide le 31/10/1906 que la brigade de gendarmerie à pied de St Thomas de Cônac, 
composée d'un brigadier et de quatre gendarmes, sera transférée à St Ciers du Taillon.


Le 10/04/1907, le Conseil Général accepte l'offre de la commune de St Ciers de construire à ses frais un casernement qu'elle louerait au Département pour loger la brigade.
L'édifice sera construit en partie sur le champ de foire aux boeufs le long de la route de Saujon à Mirambeau.


A. Pinaud, architecte à Mirambeau, présente le projet suivant:
 

 

 

Gendarmerie 1907
Projet construction gendarmerie 1907

 

 

La procédure d'adjudication retiendra l'offre de Mr Théophile Méronneau. L'entrepreneur de St Ciers, exécutera les travaux pour la somme de 21.636,89 F.
La réception définitive sera signée le 12/04/1909.

 

 

 

 

 

 

La Gendarmerie à côté des maisons des instituteurs et institutrices
Mais où sont donc les gendarmes?

 

Sortie1955 1
Lesgendarmes web

 

 

 

 

Le brigadier, deux de ses gendarmes et leur famille en 1909.
(la première promotion de gendarmes de St Ciers)

 

 

 

Le Monument aux Morts

 

 


 

 

Le Conseil Municipal décide de l'érection d'un momument commémoratif aux enfants tombés pour la Patrie.

Le monument sera exécuté en marbre des Pyrénées en provenance des carrières d' Arudy (Basses-Pyrénées), livré en gare de St Ciers et installé par le "Comptoir Marbres" de Arudy suivant le contrat de gré à gré signé le 28/09/1921 pour la somme de 9.861,85 F.

Le projet sera financé partiellement par une souscription publique dont la liste des souscripteurs datée du 08/09/1921 indique la somme de 2.579, 20 F.

 


 

Projet monument aux morts 1921 web

 

 

 

 

 

 

Projet du futur monument

 

 

 

 

 

 

 

Liste partielle des souscripteurs

Liste souscripteurs 08 08 1921 web
Lemonumentauxmorts

 

 

 

 

Ce monument a recueilli la liste des enfants de la commune
morts pour la Patrie

 

 

 

 

 

La Perception

 

Le Conseil envisage la construction d'une maison pour loger le percepteur le 10/08/1930.

La commune achètera en avril 1931 un corps de bâtiments dont une maison d'habitation appartenant à Mr Jean CASTEL, propriétaire demeurant à Jonzac au prix de 21.800,00 F donnant côté route de Consac.

 

 

Localisation reception 1930 web

 

 

 

 

 

le corps de bâtiments situé entre la route de St Genis et de Consac

 

 

 

 

 

la façade sur la route de Consac

Reception 1930 web

 

 

Ce bâtiment sera jusqu'aux années 1970 " la Perception".
Le dernier percepteur sera Pierre Ballaroit, un homme reconnu de tous pour sa courtoisie.

 

 

L'éclairage de ses rues

 

Saint Ciers avait connu une première révolution dans ses relations avec le monde environnant dès 1891 grâce à la construction de la gare et au passage régulier du train qui permit à la population de pouvoir se déplacer beaucoup plus rapidement et confortablement à l'abri des intempéries.

Mais le bourg continua encore à vivre pendant de nombreuses années au rythme de la lumière naturelle du soleil.

Le bourg connut sa dernière révolution vers la Modernité en 1926 avec l'arrivée de l'Electricité sur ses terres.

 

 

 

 

La traction web 1

 

 

 

 

le réseau électrique enfin accroché aux façades
Les rues de Saint Ciers devaient paraitre bien sinistres, éclairées de seulement trois lampes à acétylène (une était accrochée à l'entrée du bourg, en venant de Royan, sur la maison de la famille Vias, une autre dans la rue vers St Genis et la troisième, plus centrale, installée au sommet de la pompe.

 

 

 

 

La pompe est toujours coiffée de sa lampe à acétylène.


Melle Robert nous raconte que le père Boursault, qui habitait à quelques mètres de la dite-pompe était chargé de l'alimenter en acétylène et de l'allumer.
Mais....comme toute peine mérite salaire...
et qu'en ce temps-là on savait prendre son temps,
le père Boursault posait son c...sur une des pierres qui l'entourait et... cassait la croûte !

 

La pompe communale 1

 

 

 

Accueil